Aude & Mikaël around the world

Notre projet : 12 mois en Amérique du Sud et en Asie à compter d’août 2008. Des préparatifs au voyage en lui-même, suivez-nous !

13 mai 2009

Aude et Mikaël au Tibet

Il est largement temps de vous conter nos aventures tibétaines...
Nous tenons d'emblée à vous prévenir : pour ceux qui s'imaginent le Tibet comme dans l'album de Tintin, ça a beaucoup changé depuis...
Et même pour ceux qui y seraient déjà allés, pas sûrs que vous reconnaissiez tout ce dont on va parler dans les lignes à venir...

Commençons donc par les "mauvaises" surprises que nous ont révélées ce voyage...
Sans conteste, la chose qui nous a le plus choqué est la très forte présence militaire dans toute la province : toutes les petites villes comptent leur base militaire ; des convois de dizaines de camions sont sur la route en permanence ; et à Lhasa, on compte 4 à 5 soldats à chaque intersection, des patrouilles circulant en permanence et un système accru de vidéo-surveillance. Pire que le plan vigie pirates en mode maximal donc...
Et bien évidemment, attention aux photos de militaires, voire d'installations sensibles (ponts, gares...) tout bonnement interdites. Un soldat a même demandé à contrôler, pour les supprimer, certaines photos de Mikaël, pensant être dessus.

Dans ces conditions, pour arriver jusqu'à Lhasa, ce ne sera pas une surprise pour vous de savoir que nous avons eu droit à de multiples arrêts pour enregistrement au poste de police ou à des check-points routiers, en particulier les premiers jours, lors de notre passage par la préfecture du Qamdo, frontalière avec le Yunnan. Nous n'avons jamais tant eu à sortir notre passeport durant le voyage que pendant cette semaine. Chaque soir ou presque, le rituel consistait à aller nous enregistrer au poste de police avant d'aller dans un des hôtels qu'ils nous indiquaient. On a même eu droit à une escorte ! Pour le coup, ces policiers là étaient sympas car ils ont essayé de négocier les tarifs pour nous !

Notre guide semblait d'ailleurs plutôt bien stressé par tout ça, surtout quand Mikaël s'écartait de quelques mètres pour prendre une photo ou deux (rappelons que nous étions les premiers touristes à faire ce voyage à partir du Yunnan, depuis la réouverture du Tibet). Au final, plus que guide, son rôle a d'ailleurs surtout été de gérer la paperasse pour nous et de nous "escorter" dans Lhasa plus que de nous faire comprendre la vie tibétaine - dommage, étant lui-même tibétain, il y aurait surement eu matière, mais on sentait bien qu'il n'osait pas forcément trop en dire, au risque de se mettre lui-même en situation délicate...

Un point ensuite qui nous a beaucoup surpris, c'est que désormais, les Chinois sont très nombreux au Tibet : quasiment tous les hôtels ou restaurants où nous avons fait escale étaient tenus par des Chinois. Pour autant, nous n'avons pas eu l'impression d'un ressentiment des Tibétains envers les Chinois ; pour preuve notre chauffeur, Chinois installé à Lhasa, avait l'air de bien s'entendre avec notre guide.
Quand aux villes, elles n'ont souvent plus grand chose de tibétain et sont donc devenues des villes chinoises ordinaires (comprendre moches) et sans charme, même si le style rappelle parfois certains éléments de l'architecture tibétaine. Même à Lhasa, la vielle ville peu étendue est encerclée par une ville nouvelle géante à la chinoise...

Dernier point enfin : nous avons tout de même passé 7 jours dans un 4x4 et vous savez tous (si vous nous suivez depuis la Bolivie au moins) que Mikaël vit plutôt mal cette situation qui le déprime totalement, lui qui rêve désormais de visiter chaque pays à pied depuis qu'il a lu Longue Marche de Bernard Ollivier (Marie-Laure et Olivier, on ne vous empruntera plus de livres !!!).
Heureusement, sur ce point, notre guide était plutôt sympa et nous a permis de faire quelques pauses pour mieux profiter du voyage. Et c'est finalement dans ces moments là que nous avons pu vivre notre voyage tel que nous l'imaginions...

Vous l'aurez compris, il est temps de passer au bon côté des choses ! Car nous avons tout de même pu vivre quelques tranches de vie qui nous ont heureusement fait un peu oublier ces désagréments.
Citons en particulier l'accueil toujours chaleureux et souriant des Tibétains dans les villages ; on nous a même invité à boire du thé au beurre dans une maison - par contre, pas évident de communiquer et notamment d'expliquer qu'on doit repartir !
Les enfants venaient toujours à notre rencontre, heureux de voir des étrangers (ou parfois surpris, comme certains adultes d'ailleurs - il n'y a bien qu'au Tibet qu'on nous a dévisagé en tant que blanc jusqu'à présent)
La rencontre la plus surprenante reste surement celle que nous avons faite avec un moine, qui nous a abordé dans un restaurant. Après quelques échanges mêlant tibétain, mandarin et mime, il nous a même donné son numéro de portable ! A noter qu'il était très intéressé par notre Lonely Planet Tibet ; nous étions d'ailleurs un peu inquiets, celui-ci étant préfacé par le Dalai-Lama...

IMG_301_0179_reduit

IMG_301_0180_reduit

IMG_302_0241_reduit

IMG_302_0247_reduit

IMG_304_0448_reduit

La route nous a également permis de traverser de jolis villages à l'architecture tibétaine typique...

Planche_villages_tibetains_reduit

Et n'oublions pas évidemment les paysages : durant ces 7 jours, notre altitude a oscillé entre 2000 m et 5100 m, nous permettant de profiter de paysages plus que variés, de gorges encaissées aux pics enneigés en passant par des forêts verdoyantes et des plateaux désertiques, le tout variant d'une vallée à l'autre...
En voici quelques extraits...

Planche_paysages_tibetains_reduit

En bref, cette semaine aura été vraiment riche en découvertes... En aucun cas nous ne regrettons ce voyage qui nous aura permis quoi qu'il en soit de découvrir la réalité de cette province en traversant ses zones les moins touristiques.

Posté par audeetmikael à 19:37 - 21 - Chine (sud-ouest, ouest, centre, nord-est) - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    magnifiques ces photos!!

    Posté par cockoloza, 29 juillet 2010 à 17:14

Poster un commentaire