Aude & Mikaël around the world

Notre projet : 12 mois en Amérique du Sud et en Asie à compter d’août 2008. Des préparatifs au voyage en lui-même, suivez-nous !

01 octobre 2009

Gastronomie russe

Malgré tout ce que nous avions pu entendre, nous avons trouvé que tout était très bon en Russie.
Pour nous, ça a surtout été un retour à des repas qui ressemblent plus à ce que l’on peut connaître en France : après la Chine, on a retrouvé avec joie charcuterie et fromage et après la Mongolie, ce sont les crudités et fruits qui nous ont réjoui !

Et comme nous prenions la plupart de nos repas dans le train, nous dévalisions les supermarchés avant le départ : au menu donc, crudités, charcuterie, fromage, pain et fruits.
Nous avons vite réalisé que nous étions parfaitement en phase avec les Russes sur la composition de nos repas. La seule petite différence que l’on ait pu observer, c’est à propos des crudités : pour eux, hors de question de les manger nature, il faut toujours les agrémenter de sel ou d’herbes variées. Le panier-repas comprend donc toujours un petit flacon d’épices. Et à propos des fruits et légumes, alors que les Russes s’approvisionnent en principe souvent dans le jardin de leur dacha (maison de campagne), nous, à la place, lorsque nous le pouvions, nous faisions le plein au supermarché. Les jours de chance, le menu se composait de salades diverses, en provenance directe du rayon traiteur du supermarché : il était impressionnant de voir la variété de salades proposées ! Elles trempent souvent dans une pseudo mayonnaise mais elles sont toujours bonnes !
Côté boisson, c’est en principe au choix du thé ou de la bière. Et si vous êtes chanceux comme Mikaël l’a été, on pourra même vous offrir un peu de vodka !

Hormis ces pique-niques, nous avons tout de même réussi à faire un petit tour des spécialités locales…
Au programme, nous avons eu droit à des blinis bien sûr !
Sachez qu’ils n’ont rien à voir avec ceux que l’on peut manger en France ; en Russie, en fait, les blinis s’apparentent plus à nos crêpes. Pour autant, c’est très bon, particulièrement quand ils sont servis avec du cottage cheese et/ou de la confiture de fruits rouges ! En Sibérie, nous avons également dégusté des pelmenis, sorte de raviolis fourrés à la viande, en principe servi avec une crème aigre et des brins de ciboulette.
Sur les bords du lac Baïkal, nous nous sommes régalés d’omoul, le poisson endémique du lac : il est préparé de diverses manières (d’ailleurs, attention aux arêtes…) mais quoi qu’il en soit, c’est fumé que nous l’avons préféré.
A Moscou, Mikaël a goûté le fameux poulet à la Kiev (oui, on sait, Kiev est en Ukraine mais bon…) : c’est en fait du blanc de poulet farci avec des condiments divers puis cuit pané.
Et bien évidemment, cet article ne serait pas complet si l’on ne vous parlait pas du bortsch, LE plat national russe : en principe, les Russes attaquent toujours leur repas par une soupe comme le bortsch, qui peut être agrémenté de diverses manières. Sa base est composée de viande et de divers légumes, dont la betterave, qui donne une couleur rouge à la soupe.

Dans tous les cas, quelque soient les plats qui vous sont servis, vous ne mourrez jamais de faim car c’est toujours copieux et plutôt roboratif.
Ça commence dès le petit déjeuner avec de solides porridges à base de différentes céréales accompagnés éventuellement de blinis, pain, cottage cheese et/ou confiture.
Le déjeuner et le diner sont également copieux avec souvent des céréales en accompagnement et bien évidemment du chou ! Chose étonnante : sur les menus des restaurants, le poids des ingrédients principaux d’un plat, pour une portion, est toujours stipulé. Sur le même principe, les portions sont pesées dans les cafétérias !
Mais quoi qu’il en soit, ça ne nous a pas arrêtés dans nos dégustations ! ;-)

Posté par audeetmikael à 23:03 - 24 - Russie (ouest) - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire